Winnie l'ourson
Poème de Noël

C'était la nuit de Noël,
A l'heure où sans bruit,
Tout au logis s'ensomeille,
Même les petites souris.
Nos chaussettes en rang pendaient sur la cheminée,
Le Père Noël, ma foi,
Serait bientôt là.
Chacun dans son lit blotti,
Rêvait de sucreries.
Oreillers et duvets d'oie,
Qu'il fait bon chez soi!
En bonnet de laine,
Mes amis et moi,
Nous dormions à peine,
Sous la couette et sous les draps.
Quand des cliquetis soudain,
Venus du jardin,
Me tirèrent du lit.
Curieux, je bondis
Rapide comme l'éclair,
Jusqu'à la fenêtre;
J'ouvris en grand les volets
Sur la nuit bleutée,
Et que vis-je, stupéfait,
Sinon un traineau,
De huit rennes attelé,
Comme il était beau!
Je reconnus à son bord,
Glissant dans le ciel,
Menant grand train et riant fort;
Le Père Noël!
Ses coursiers, comme des aigles, fendaient les airs
Et lui sifflait, les encourageait, appelait:
"Allez Tornade et Danseur, Rudolph et Comète!
Allez Cupidon, Tonnerre, Eclair et Fringant!
En avant, escaladez le toit et l'auvent,
Et galopez, galopez, galopez en tête!"
Ils coururent sur les tuiles et je me cachai:
Le Père Noël passait par ma cheminée!
De la fourrure ourlait ses vêtements rubis,
Que salissait un peu de suie;
Rondes étaient ses joues, et son ventre rebondi
Tremblotait comme de la bonne gelée de fruit.
Il était si joyeux, ce joufflu personnages,
Que j'eus du mal à ne pas rire et à rester sage!
Sans souffler mot et sans bruit,
Il vida son sac.
Chaque chaussette il remplit
De cadeaux en vrac.
Puis saluant de mon côté,
Je le vis s'engouffrer
Par la cheminée.
Sautant dans son traineau et sifflant l'équipage,
Il s'envola plus léger
Qu'un grain de nuage.
Mais comme il disparaissait
J'entendis ceci:
"Joyeux Noël à tous et à tous: bonne nuit!"

Livre Hachette Jeunesse