Les Aristochats
Cartes de voeux

Edgar, le majordome très stylé de Mme de Bonnefamille, n'en pouvait plus.  Il avait vidé tous les tiroirs de la maison sans retrouver les cartes de voeux de sa patronne.  Pourtant, elle les lui réclamait sur le champ!
L'air penaud, il se présenta au salon et avoua son échec.
Mme de Bonnefamille haussa les sourcils.
- Voyons, Edgar!  J'ai acheté ces cartes la semaine dernière!
- Justement, madame! bredouilla le majordome.  Je me rappelle les avoir déposées sur la console de l'entrée...  Vraiment, je ne comprends pas!
- C'est une catastrophe! déplora sa patronne.  Il n'y en a plus au magasin et je dois néanmoins les poster d'ici demain pour qu'elles arrivent à temps...  Que faire?
- Hélas, madame, je l'ignore!
Roquefort, tapi dans son trou, assistait à la scène.  il avait tellement de remords!  Les cartes de voeux, c'était lui qui les avait grignotées... une saveur de papier unique qu'on n'éditait seulement en cette période de fêtes!  Comment aurait-il deviné que la vieille dame tenait tant à souhaiter une heureuse nouvelle année dès le premier janvier?
Duchesse, alanguie sur le sofa, s'éveilla soudain.  Elle s'étira avec grâce puis s'assit, altière, sur le coussin.  A ses côtés, Marie, Toulouse et Berlioz l'imitèrent.
- Quel spectacle charmant! songea Roquefort.
Et subitement, la petite souris eut une idée de génie!  Georges, le notaire amoureux de Mme de Bonnefamille, avait offert à cette dernière un coûteux appareil photo pour Noêl...
Des clichés de la famille Aristochats feraient des cartes de voeux magnifiques!
Discrètement, Roquefort sortit de son trou et alla faire part de son idée à Duchesse qui trouva celle-ci lumineuse.  Alors elle envoya son petit Berlioz, toujours partant pour un nouveau jeu, sautiller sur l'appareil photo afin d'attirer l'attention de la vieille dame.
- Edgar! s'exclama Mme de Bonnefamille.  Berlioz vient de me donner une idée!  Je vais photographier les chats et envoyer leurs portraits en guise de cartes de voeux!
Le majordome réprima une moue dubitative et fila chercher Thomas O'Malley.  Le plus difficile fut de le pomponner!  Mais le matou roux accepta de sourire pour plaire à Duchesse et le résultat fut une telle réussite que Mme de Bonnefamille décida dorénavant de renouveler l'opération pour chaque grande occasion!

Livre Hachette Jeunesse